2016 - 1956 ou l'histoire d'un voyage initiatique de 60 années résumé ici qui a aussi mené à la création d'un Défi pour le canal !

Publié le par Vincent Lefèvre

                            Drôles de trucs !

Bonjour à vous  tous qui avez répondu  « présent » aujourd’hui pour notre rencontre à Boigny s/Bionne et une pensée pour celles et ceux qui, invités aussi, sont occupés ailleurs ;-)                                                                                                                 J’ai téléphoné à chacune et chacun d’entre vous, enfin presque ;-), il y a quelques mois pour vous parler d’une idée ; je vous ai adressé ensuite par courriel ou avec facebook une invitation  personnelle qui avait été publiée dès sa création aussi dans 2 de mes comptes sur ce qu’il est commun maintenant  d’appeler « réseaux sociaux » ;                  Naturellement  je remercie Martine ce matin devant vous, puisque mon but est atteint, celui de vous réunir, pour son coup de main à la mise en page informatique de mon idée, sourire,  dans le format Jpeg,  pièce majeure dans  la réalisation de mon projet !

Comme Je vous l’ai dit, j’aurais pu, comme d’autres dans la famille l’ont fait avant moi, me limiter à marquer l’anniversaire civil, mon 60ième ; mais une nuit ou 1 matin au réveil, ou plutôt plusieurs fois avant,  je me suis dit qu’il y avait là l’opportunité pour faire autre chose…,  un truc de communication qui s’intègrerait bien dans mon vécu,  et une manière originale d’évoquer l’avenir aussi ; ça serait bien évidemment une grande satisfaction de pouvoir l’organiser avant la fin de 2016 !

J’aurais aimé dans un premier temps « tout faire » à Kersignal en Bretagne,  pour ce Grand Truc, mais très vite j’ai compris que ce serait bien compliqué à bâtir… et comme le temps passe ! Alors j’ai vite décidé d’organiser 2 «  moyen-trucs »…

Pour ces festivités, dans le principe « s’il y a une fin, il devait y avoir un début » ;  je me suis donc mis  à rédiger  sur du papier blanc au format 21*29,7 un résumé de mon histoire ; je me suis arrêté à 6 pages et je l’ai racontée à mon domicile, vous voyez où se trouve Saint-Gérand ?, juste au bord du canal le 3 septembre dernier ; je vous les ai apportées, elles sont là. A vous de les lire si vous voulez connaitre le début du truc dès maintenant, ou plus tard sur internet, c’est publié aussi ; je vais vous dire la suite,  logiquement rédigée pour ce matin ;  elle  vous concerne un peu, au moins pour le début, sur 4 pages pleines, plus une un peu moins  ; j’ai eu des difficultés à faire plus court, merci de m’écouter !

En choisissant le cap à suivre pour vous décrire ce « concentré de trucs perso» de mon vécu,  j’ai réalisé que j’allais m’adresser à 4 groupes différents d’invités, tous cependant de ma famille  proche ! Le premier rassemble des personnes qui vont comprendre une bonne partie de ce que je vais évoquer puisqu’elles ont été à cette époque-là dans l’histoire, celle de mes débuts sur la terre ; puis il a quelques autres qui sont arrivés un peu plus tard, à qui on a raconté mon début, plus ou moins bien, et qui ont de près ou de loin été acteurs pour la suite ;  les 3 ièmes,  eux, ils ont  aussi entendus des trucs et ont pu en découvrir certains autres de gré ou de force ?, et voir un  peu la Bretagne du bord d’un canal, observer des éoliennes fabriquées avec des bouteilles en plastique, un peu plus tard ; quant aux derniers, ils ou elles, vont écouter, peut-être en comprenant un peu, ou sans rien piger du tout ?  

Alors,  pour les personnes du 1er groupe, vous qui êtes nées, il y en a une,  un peu avant ou juste après moi dans le temps écoulé depuis, vous vous souvenez que c’est le 11 juillet 1956 qu’a été annoncé publiquement mon débarquement  sur les terres de Beauce au lieu-dit la Provenchère, fils de Marcel et Françoise Lefèvre, née Noël : on nous l’a répété aussi ;-)                                                                                                                 J’étais ce jour-là, vous comprendrez peut-être ce sous-entendu malin, bien loin d’imaginer que je me retrouverais au bord de la Bionne plus de 60 années plus tard à vous raconter ma vie, enfin  une partie pour faire court, le casse-croûte nous attend…    D’ailleurs déjà à l’époque « probablement »  un premier questionnement dans  l’esprit du marin en devenir : comment peut-on  débarquer comme ça un certain jour, sans avoir embarqué au préalable ?   Il y avait probablement  un premier truc ce jour-là ! J’ai compris un peu après, comment ça pouvait s’organiser dans la vie…. – silence et sourire -

Depuis ce démarrage du stylo,  peut-être un peu fastidieux à écouter et pas mal à rédiger,  pour arriver à ce 13 novembre 2016,  j’ai choisi plusieurs dates, et quelques faits qui ont marqué mon chemin, et qui ont mérité  d’être mentionnés aujourd’hui…                          C’est  pendant la période 1972- 1974,  où j’ai à la fois réussi à faire en 2 ans ce que d’autres avec moi faisaient  en 3, et obtenu un BTH,  que mon histoire, vue d’aujourd’hui, s’est un peu accélérée ; c’est bien au début de cette période-là,  que j’avais tout en même temps appris à jouer aux échecs, hummm, et choisi d’intégrer mon premier club photo ; un peu plus tard je montais  mon 1er projet d’aller voir si la terre était vraiment ronde, et comment ça se passait ailleurs pour celles et ceux  qui devaient tourner aussi 24 heures sur 24, 365 jours ¼ par an, comme on m’apprenait à le faire depuis près de 18 ans…

Je portais de fait, je l’ai gardé jusqu’à aujourd’hui aussi, un prénom et 1 nom que je pensais être le seul citoyen de la République Française à porter dans le monde ; j’ai appris que j’étais dans l’erreur…  Un jour j’ai vérifié ;  nous sommes au moins 128 vincent lefèvre à jouer sur Internet, pour essayer d’accéder à la première case, référence Google Images !

Plus tard, courant 1983 du côté de Marseille j’ai tenté,  pour rebondir après 1 licenciement quelque peu abusif, et reconnu comme tel des années après, d’intégrer un marché en plein développement et travailler dans l’Informatique ; les matériels  communs de l’époque s’appelaient  Questar M et Ibm 32, voire 34 et 36 ; pour bien les utiliser il fallait connaitre les langages comme le Basic et le Cobol ! Les consoles de jeu s’appelaient alors Atari et le minitel  allait arriver dans les foyers…                             Aux premiers tests pour accéder à la formation d’analyste- programmeur, j’envisageais alors d’apprendre à m’en servir,  j’ai rapidement compris qu’il me serait difficile de briller dans ce métier ! Il fallait pour l’Organisme organisateur, heureusement pour le candidat, remplir le quota d’inscriptions ; j’ai commencé et suis allé au bout, pour obtenir l’attestation ;  le formateur principal,  lui le spécialiste beaucoup plus âgé,  malgré un « surpoids » parfaitement visible, nous parlait  régulièrement de la construction de sa villa « en Donjon », avec une logique dans son choix, la vue sur la Méditerranée, du haut de l’escalier.                                                                                A Saint-Gérand, j’ai expliqué que c’est plutôt le principe de la construction d’une pyramide qui me motivait déjà ;  c’était un truc connu,  publié par un spécialiste vers 1954, et entendu de mon côté 2 ou 3 ans avant au bord des autoroutes ; c’est encore utilisé dans la compréhension et l’édification du  « Moi », parait-il, à la fois guide et base pour essayer d’atteindre des sommets !                                                                         Je suis devenu ensuite Breton, par adoption d’un territoire, et j’ai abandonné le vélo pour pratiquer régulièrement la course à pieds, un peu comme dans le fonctionnement d’un moteur à 4 temps, on pourra en reparler aussi !                                                     Courant 1993, j’ai passé d’autres séries de tests à Nantes dans le domaine informatique,  plus techniques cette fois-ci, sans pouvoir accéder à la formation pour laquelle je m’étais déplacé ; j’ai alors bien compris, définitivement,  que l’ »Informatique » comme loisirs ce serait probablement possible à l’avenir, mais pour gagner mon pain quotidien,  je devrais bien penser à une autre solution, à un autre truc !                                                         Je suis devenu depuis conducteur de camion, comme vous l’avez appris un jour, et je me suis remis à voyager ;  dès 1999, pour jouer un peu pendant mes temps de repos et compenser aussi, j’ai commencé à apprendre « l’Internet » ; je venais de débarquer, ou d’embarquer, à Saint-Gérand, stratégie réfléchie d’occupation du territoire, cf les 6 pages disponibles à côté, c’est expliqué en détail ;-) ;  pour la construction de ma pyramide, je m’entêtait !                                                                                                              C’est à cette période-là que remonte ma 1ère adhésion à une petite association qui venait d’être créée juste avant mon arrivée dans l’entreprise, celle pour laquelle j’allais  essayer d’œuvrer tranquillement et docilement… ça a duré 20 ans, c’est fini depuis le 30 juillet dernier, on le fête aujourd’hui aussi !   Les adhérents fondateurs  s’étaient inspirés d’une autorisation donnée par les pouvoirs publics en 1884, et prétendaient faire respecter des textes contenus dans une convention…  Passons !

En 1956, au fond de la cour à la Provenchère, près du portail en bois, je l’ai compris bien plus tard à Kersignal, ou en roulant ailleurs en France,  il y avait un sac à dos qui m’attendait ; pour vous qui êtes nés là-aussi, vous aviez le vôtre ! Pour celles et ceux qui sont nés ailleurs, c’était pareil… et ça continuera !                                                       Au cours des années depuis, quoique j’aie décidé, j’allais devoir faire avec une partie du contenu…                                                                                                                     Je roulais donc régulièrement ainsi; ça me tenait éveillé lors des nuits de conduite successives ; et  je me répétais à chaque rond-point ou presque,  que les actions entreprises depuis plus de 10 ans dans la volonté d’un « redressement personnel » dans le transport à plein temps,  commençaient à » payer » ; un peu de réussite quand-même, de quoi faire grandir une certaine satisfaction…   

A ce moment-là, logiquement encore,  j’ai pensé que le temps pouvait être venu de faire comme d’autres dans la famille bien avant moi, un truc tiré du sac,  l’avaient fait : Grand-père, Père, Beaux-Frères, Frère ensuite, tient-tient point de parité ici ?...              C’est vers 2005 que ça m’a pris ; c’est venu comme  une espèce de curiosité citoyenne,  une envie ou un besoin, d’essayer de comprendre ce qui se passait autour de moi, et ces décisions prises ici ou là  qui parfois, pour certaines plus que pour d’autres,  me surprenaient ?                                                                                                            Clin d’œil ici à ceux qui sont présents dans cette salle et qui ont pu se reconnaitre, je pensais à vous pour ce truc-là, bien avant que ça m’attrape, dans vos localités respectives !                                                                                                                           Depuis quelques années j’avais intégré au travail, pour me maintenir à la tâche dans mon mode de fonctionnement, la réflexion : « si j’étais à « sa-leur place », comment ferais-je ?                                                                                                            Comme je disais juste avant, surpris par bon nombre de décisions prises localement, et l’absence  frappante de création d’idées, je me suis fort logiquement plongé dans l’histoire locale pour m’informer, sur les sujets qui m’intéressaient.  J’ai compris bien vite qu’il était trop tôt pour proposer mes, des idées « neuves »…  Je devais encore m’imposer quelque temps l’obligation de réserve, et maintenir une certaine soumission ; des « Ediles et seigneurs locaux » régnaient, depuis des décennies pour certains,  rémunérés par les institutions nationales, dont acte !

C’est donc vers 2006 qu’est née cette idée de défi,  au bord du canal, pour la navigation d’un plus grand nombre à Saint-Gérand : un truc social et solidaire, à faire fonctionner… un Beau Grand Projet ! 3ème truc à Fêter aujourd’hui, 10 ans !                                      Des différences d’appréciation ou de vision sur le but à atteindre pour le territoire se sont révélées rapidement lors des premiers échanges avec les décideurs cités plus haut ;  j’ai dû poursuivre durant  quelques années encore mon activité dans le transport de marchandises  surgelées, d’ici ou d’ailleurs. Pour compenser avant et surtout après ma journée de labeur, j’ai activé depuis des connaissances acquises dans mes débuts en informatique : Observer, analyser, trouver le langage adéquat et renvoyer des réseau Internet…                                                                                                                     Pour bon nombre de « Seigneurs », de ceux cités plus haut, ils sont bien en retard, pour le moins, dans le savoir- pratiquer ;-)                                                                                Si vous vous intéressez un peu à mon histoire, vous savez que depuis 2010 ou 2011, j’ai décidé de naviguer quotidiennement, virtuellement,  sur des réseaux devenus eux-aussi « sociaux » !

J’ai choisi d’ouvrir un blog en premier, écrire des photos et dire des maux ! il est devenu www.vincentlefevre.info  , Nom de Domaine payant ; plus de 2 000 articles sont disponibles à ce jour,  consultables gratuitement 24h/24 ;  ils  racontent mes histoires ou mon ressenti et publient parfois mon avis sur certains trucs locaux, ou ceux qui concernent l’un peu plus loin….

Twitter est entré dans ma vie un peu après ;  ma carte de visite débute ainsi «  avis citoyen d’un passionné d’histoire », vous avez peut-être lu la suite ?  Du virtuel au concret, une première adhésion à notre défi  s’est d’ailleurs concrétisée début 2015 : merci à Yvette depuis pour son action sur ses réseaux pour promouvoir notre défi pour le canal, et qui montre que l’intergénérationnalité  volontairement citoyenne est possible !                                                                                                                     Mes abonnés sont pour 63% environ des Français, et pour les autres répartis dans près de 50 pays dans le monde, selon Tweepsmap !                                                                      C’est aussi ma manière de maintenir à jour mes connaissances en lecture en anglais et en espagnol, voire d’écriture quand je réponds dictionnaires  à portée de main, ainsi que ma capacité à connaitre ce qui se passe ailleurs dans le monde,  que l’on nous « cache » ou dissimule (les décideurs(es) locaux encore… !? )  parfois autour de Kersignal aussi…

Depuis le mois de juin dernier, pendant une période où j’ai dû tourner au ralenti, mon activité facebook,  qui elle tournait  au minimum et faisait du sur place depuis plusieurs années, s’est accélérée fortement et s’agite maintenant sur 3 fronts distincts, et bien complémentaires…  Mes amis, choix, de gestion du compte et stratégie de communication obligent, sont essentiellement ceux de la Région Bretagne !                                                                                                                                          Les trois comptes sont devenus un « machin impressionnant » de par la rapidité et le potentiel de couverture médiatique offert ;-), et fonctionnent comme certaines ampoules en série…, à une vitesse vraiment surprenante, pas toujours… !

J’ai ainsi créé ou plutôt, j’utilise, des outils construits par d’autres, pour promouvoir cette idée de navigation pour un plus grand nombre de personnes sur les eaux intérieures de Bretagne…

Juste avant de terminer je voudrais vous faire maintenant une confidence, et vous poser une question, si vous voulez bien ???? : il me reste à ce jour une adresse de « réseau social »,  où je suis « pratiquement » inscrit depuis 2 ou 3 ans  sans le faire fonctionner vraiment, à activer ;  il  porte comme nom  « Linkedin » ; vous en avez pour certains ou certaines d’entre vous entendu parler, voire vous y êtes peut-être inscrits ?

J’ai hésité à le faire fonctionner jusqu’à maintenant parce qu’il y a un truc, encore un, à cocher qui autorise le gestionnaire  à venir piocher dans les adresses courriels des abonnés, eux le disent, d’autres hummm !, pour le développement de son activité…  Je reçois d’ailleurs, comme je vous l’ai dit à l’instant, régulièrement des sollicitations pour rejoindre tel ou tel abonné et sa liste d’amis...

J’évoque avec vous le sujet maintenant,  pour celles et ceux qui sont dans mon carnet d’adresses courriels,  il y aura peut-être des demandes de contacts à venir de leur part…  Pour vous qui le refuseraient, je me propose de vous effacer de mon fichier dès mon retour en Bretagne ;  ça voudra dire que vous pourriez encore m’écrire et que je pourrais alors bien sûr vous répondre ; de mon côté, se serait plus difficile, une question de capacité de mémorisation  personnelle ;-)                                                                     Pour les autres, on ne changera rien !

A Brest en 2008, certains ici y étaient avec moi, nous avons présenté une idée qui paraissait à la fois utile et intelligente à développer…  Le Président de la Région Bretagne, nous avons des photos qui se promènent évidemment sur Internet depuis, nous l’avait déclaré lors de sa visite officielle, poliment peut-être : » c’est bien ce que vous faites » !                                                                                                                     Ma mémoire vive fonctionne encore à ce jour…                                                         Arrivé grâce à votre soutien depuis la fin du siècle dernier, presqu’en haut, et suffisamment à mon goût, de ma pyramide , aujourd’hui je vous annonce  à Boigny s/Bionne ce dimanche 13 novembre 2016, parce que la presse locale l’a déjà annoncé en Bretagne, pouvoir disposer dorénavant d’un peu plus de temps disponible pour promouvoir notre idée lancée en 2007 sur le journal officiel de la République, un peu sociale et bien solidaire…

LInkedin, grand réseau social acteur sur Internet  est devenu, je vous le confie, aussi le pourvoyeur principal de www.vincentlefevre.info  depuis plusieurs mois, en terme de visiteurs curieux de mon actualité ; il est aussi celui qui regroupe de Grands Décideurs, d’ici ou là dans le Monde !, qui sonnent à ma porte 24h /24 pour leur « Moi » dans  la construction de leur « Pyramide »…

Des plans d’1 bateau, plus « Péniche » que ceux du premier réalisés en 2011, sont en cours de construction dans un chantier naval à  Quimperlé ; Le Crédit agricole du Morbihan est depuis juin dernier dépositaire du compte bancaire de l’association Défi Canal et nous propose de participer à « leur » Trophée de la vie locale, à nous de choisir l’année...

Chaque adhérent peut, je le rappelle aussi, profiter de l’avantage fiscal des 66% déductibles des impôts, dans la limite de… ?;-), accordé sans l’avoir demandé depuis plusieurs années.

L’état d’esprit de La loi promulguée en juillet 1901, qui a été proposée par le même « créateur » que celle citée plus haut dès 1884, a été adopté depuis bien longtemps pour la réalisation de beaux projets. Certaines et certains ont essayé, et réussi à  la « dévoyer » à des fins personnelles ;  d’autres essaient de le faire, le «  Gâteau »… !        A chacun sa manière de participer à la vie de groupe dans la société !  Des acteurs agissent aussi sur les réseaux pour rappeler ses principes et soutiennent  parfois, de plus en plus souvent pour certains,  mes publications et mes prises de positions sur ce sujet…   Ouest-France et Le Télégramme se sont de nouveau déplacés le 3 septembre dernier au bord du canal de Nantes à Brest ;  Martine a fait la mise en page pour résumer ce qu’ils ont écrit depuis, c’est là aussi !

Je vous ai résumé  ce que j’ai fait jusqu’à maintenant… J’ai découvert depuis quelques temps comment se passait, d’une façon plus ou moins transparente, la répartition des parts de la « Pâtisserie » pour les gourmands, ou  du « gâteau » entre celles et ceux dont j’ai parlé plus haut… et qui se combattent localement, quotidiennement ou presque ;-)     J’ai encore dans mon sac des trucs appris depuis 1956, qui ajoutés à ceux qui s’y trouvaient déjà, n’ont pas encore servi ; dès notre retour au bord du canal de Nantes à Brest, j’aurai un peu plus de temps disponible pour continuer vraiment l’action !                Je suis naturellement venu vous annoncer aussi et vous présenter le Défic nouveau qui vient d’entrer en action sur Internet…  Le Budget engagé correspond au montant évoqué avec le trésorier en début d’année, chiffre envisagé dans le cadre du chèque emploi service pour effectuer des travaux d’entretien sur le bateau ; un nouvel adhérent en juillet dernier  a fait une partie du travail bénévolement avec le Président pour la saison qui vient de s’achever…

Je citerai une phrase d’un citoyen qui nous a quitté quand je commençais, moi, à vivre des autoroutes : « on n’oublie rien de rien… on s’habitue,c’est tout » !                       Pour les anciens ici, est-ce que ça vous dit quelque chose ?

Pour l’autre Mémoire, pas encore évoquée dans mes lignes, j’ai encore du mal à comprendre son existence, chacune ou chacun verra !

Merci à Fabienne et Alain pour la mise en scène aujourd’hui ! et un clin d’œil à l’histoire  du pigeonnier..

Merci de m’avoir écouté… partageons maintenant le pain, le vin, et les autres mets préparés…

Achevé de rédiger le vendredi 8 novembre 2016  16h 11’

Publié dans vincent lefèvre

Commenter cet article