Le Saint-Géran, un bateau dans l'histoire bretonne aussi !

par Vincent Lefèvre  -  22 Janvier 2014, 06:33  -  #vincent lefèvre info, #citoyen du monde, #vu du PK 195, #Saint-Gérand, #artisan en histoire photographe amateur en Bretagne

Le Saint-Géran : Une catastrophe pour Lorient et sa région

jeudi 1er janvier 2004, par Jean-Yves Le Lan

L’histoire du Saint-Géran est associée dans les esprits à l’œuvre de Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie. Dans cet ouvrage, l’Ile de France (île Maurice) sert de cadre à la passion innocente de deux jeunes gens. Virginie part en France pour parfaire son éducation et quitte Paul qui reste sur l’île.

A son retour, elle est embarquée sur le Saint-Géran. A l’arrivée à l’île de France, le navire attend mouillé sur ancre, en deçà de la barrière de corail, entre l’île d’Ambre et la terre. Le vent se lève et le Saint-Géran présente son avant à l’ouragan qui arrive. Il est piégé car il ne peut pas ressortir et le vent le pousse à terre. Comme la mer est devenue grosse, le navire tire de plus en plus sur ses amarres qui se rompent. Paul de la terre voit tout ce qui passe et se jette à l’eau pour sauver Virginie. Elle est sur la poupe du navire, tendant les bras vers Paul, quand une montagne d’eau s’abat sur le navire et englouti tout (Bernardin de Saint-Pierre (Jacques-Henri) - Paul et Virginie - Imprimerie P. Didot l’Ainé- Paris - 1776).

Voilà, l’histoire résumée du naufrage du Saint-Géran dans le roman de Bernardin de Saint-Pierre. Cette version quoique que très belle et émouvante, est très loin de la vérité. En effet, le naufrage du Saint-Géran s’est passé tout à fait différemment. Le Saint-Géran, vaisseau de 600 tonneaux et de 28 canons, est armé le 24 mars 1744 par la Compagnie des Indes pour rejoindre l’île de France. Il est commandé par le capitaine Gabriel Richard de la Marre et a comme premier lieutenant le dénommé Jean François Males. Il arrive sous voile en vue de l’île de France, à 16 h 00, le 17 août 1744. Le temps est beau, le Saint-Géran fait route vers l’île de France. A cause d’une erreur de navigation, après trois heures du matin, le 18 août 1744, il talonne au niveau des brisants la barrière de corail. La coque est crevée et la calle se remplit d’eau. Le capitaine demande à l’équipage de mettre la chaloupe à l’eau avec des hommes à bord mais celle-ci se fracasse sur le pont. Le vaisseau prend alors de la gîte avec le vent, le capitaine donne l’ordre d’abattre le grand mat qui dans sa chute rompt le mat d’artimon. Le vaisseau se brisant de plus en plus, le capitaine voyant qu’il n’est plus possible de sauver le navire, appelle l’aumônier pour que ce dernier donne l’absolution générale et dit à tout le monde de faire son possible pour se sauver.

Les faits tel que nous les rapportons ci-dessus sont issus du témoignage consigné par écrit d’un des rescapés, le dénommé Aimé Carret, 2e quartier maître, à bord du Saint-Géran. En effet, ce dernier fait une déclaration au bureau d’armement de la Compagnie des Indes de Lorient à son retour pour que la Compagnie puisse remettre leur dû aux familles de l’ensemble des rescapés. C’est ainsi qu’il précise qu’il y a eu 9 survivants :
1. Allain Ambroise de Port-Louis - Bosseman.
2. Pierre Tasset de Lorient - Bosseman.
3. Aimé Carret de Lorient - 2e Quartier Maître.
4. Jean Page de Cleden - Matelot.
5. Jacques Le Guen d’Hennebont - matelot / Charpentier.
6. Pierre Vergore de Lorient - Canonnier.
7. Jean Janvrin Daniel (ou de miel) de Saint-Servan - Passager engagé.
8. Thomas Chardon d’Hennebont - Passager engagé.
9. Diomat de Saumur - Passager menuisier/charpentier.

Deux autres déclarations (Trousset, Jules : Histoire illustrée des grands naufrages - Editions La Découvrance - 1994 - Réédition de l’original de 1880 de la librairie Illustrée de Paris - pages 232 à 236.), au juge du conseil supérieur de l’île de France, M. Herbault, et à son greffier, M. Molère ont fait l’objet de procès-verbaux, dans les jours suivant le naufrage et confirment les dires d’Aimé Carret. Ces témoignages nous éclairent aussi sur le fait que, bien que le naufrage ait eu lieu près des côtes, il y eut peu de rescapés. En effet, l’équipage était en bien mauvaise santé, plus de 100 personnes étaient couchées et ceux qui ne l’étaient pas, ne devaient pas être en très bonne condition physique. Ces déclarations sont issues des rescapés suivants :

Déclaration au greffe du 22 août 1744 : Pierre Tassel, Alain Ambroise et Thomas Chardrou (Orthographe légèrement différente par rapport à la déclaration de Lorient) :

Déclaration au greffe du 24 août 1744 : Jean Janvrin et Pierre Verger (Pierre Vergore de la déclaration de Lorient) :

A partir du rôle d’équipage du Saint-Géran et des déclarations, nous pouvons déduire le lieu du naufrage car il est précisé sur les documents que le navire a péri sur les îles d’Ambre en arrivant à l’île de France.

Ces îles sont situées au nord de l’île de France, au-dessus du lieu dit « Poudre d’or » et sont composées de plusieurs îlots et d’une île plus importante. Si nous regardons une carte nautique de l’époque (Service Historique de la Marine de Lorient - Document d’instructions nautiques - Neptune Oriental de d’Après de Mannevillette - Imprimé à Brest par Demonville et à Paris par Malassis en 1775), nous constatons que l’île d’Ambre est entourée de récifs et que le Saint-Géran est donc venu se fracasser sur ceux-ci.

La passe dénommée « Passe du Saint-Gérand » sur la carte, serait-elle la passe citée par Bernardin de Saint-Pierre et appelée ainsi suite à son roman ou l’endroit où le Saint-Géran a talonné ? Nous n’avons pas d’information sur ce sujet.

Toujours à l’aide du rôle d’équipage, nous pouvons établir le décompte des marins et passagers qui ont péri dans ce naufrage. Le nombre de personnes notées sur le rôle d’équipage s’élève à 190 marins et passagers auquel il faut rajouter 30 esclaves embarqués à Gorée (20 hommes et 10 femmes) pour un total de 220 personnes :

Nous constatons tout d’abord que certains marins et un passager sont restés à terre au départ du navire, Jacques Floch, Guillaume Jego et Guillaume Estienne. Un matelot, Sébastien Goujat, a été débarqué malade le 10 avril 1744 et le sieur Branho le Marin est décédé avant d’avoir doublé le Cap de Bonne espérance ainsi que 9 autres personnes dont nous n’avons pas l’identité.

Il y a un cas qui est litigieux, c’est celui du chirurgien, nommé Belval, qui a embarqué clandestinement sur le navire et qui est noté sur le rôle pour Gorée. S’il a réellement débarqué à Gorée, il a échappé au naufrage. Ce qui fait donc un total de 15 personnes qui n’ont pas péri dans le naufrage. Si à ces 15 personnes, nous rajoutons les 9 rescapés, il reste donc 196 personnes qui ont péri dans le naufrage du Saint-Géran. Dans ces personnes qui sont décédées pendant la traversée ou lors du naufrage, nous retrouvons une majorité de Lorientais (41) et de Ploemeurois (26), ensuite viennent les marins de Riantec (17), de Port-Louis (11), d’Hennebont (7) et de Groix (3). La région de Saint-Malo a elle aussi été touchée avec 7 personnes de Saint-Servan et 6 de Saint-Malo.

A l’examen, de l’origine des naufragés, nous constatons que la région lorientaise a payé un lourd tribut dans la catastrophe du Saint-Géran et que beaucoup de familles furent endeuillées par ce naufrage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :